Auteur : Maryasha Barbé

« Burning the books : A history of the deliberate destruction of knowledge » de Richard Ovenden ou pourquoi nous aurons toujours besoin de bibliothèques et d’archives ?

L’image d’un livre qui brûle rappelle souvent à notre souvenir l’autodafé du 10 mai 1933, lorsque dans le quartier d’Unter den Linden, juste en face de l’Université Friedrich Wilhelm, un feu de joie constitué de livres d’écrivain « non allemand », juifs, marxistes, est alimenté par une foule enthousiaste de près de 40 000 personnes… C’est d’ailleurs avec cet évènement que Richard Ovenden choisit de débuter son livre. R. Ovenden est bibliothécaire et directeur de la Bodleian Library d’Oxford. Son livre, Burning the books, paru en … Continuer la lecture de « Burning the books : A history of the deliberate destruction of knowledge » de Richard Ovenden ou pourquoi nous aurons toujours besoin de bibliothèques et d’archives ?

Avent -6 : Une machine à remonter le temps

« Il bondissait, trop tard, toujours trop tard, sur son tapis : mais tout avait disparu, sauf l’irritation d’un souhait ayant failli aboutir, sauf la frustration d’un savoir non assouvi. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 7). Michèle Battisti, …

Avent -10 : How to bury Winter?

L’on dansa dans tous les caboulot au son du hautbois, du biniou, du tambour. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 20) This post was published for the first time on the Europeana Sounds Blog the 29th of February 2016, at this URL: http://www.europea…

Avent -11 : Polyphony around Europe

Quoi qu’insuffisant, surtout dans sa conclusion, son travail, confinant à l’intuition d’un Marc Bloch quant au rapport Donjon-Vassal, d’un Mauss sur l‘union Chaman-Tribu, d’un Chomsky sur la jonction Insignifiant-Signifiant, prouvait qu’il n’y avait pa…

Avent -12 : L’adieu aux cédés

On la disait sans futur vis-à-vis du film parlant qui faisait alors son apparition (tout ça arrivait aux abords d’août vingt-huit, il avait suffi d’un film d’A. Crossland pour qu’à la Columbia, à la Rank, on optât pour la mutation). (La disparition, Ge…

Avent -15 : Where is MySpace?

« Il y avait un manquant. Il y avait un oubli, un Uanc, un trou qu’aucun n’avait vu, n’avait su, n’avait pu, n’avait voulu voir. On avait disparu. Ça avait disparu. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 9). Et si Facebook disparaissait lui aussi ?…

Avent -16 : L’archive en madeleine

Amis du Gai Savoir, amis du doux plaisir, un chat va sans un bruit dans un coin tout obscur. (La disparition, Georges Perec, 1969, p 59) Travaillant sur l’archivage du fonds de l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan, j’ai visionné un film …

Avent-17 : La voix de ma grand-mère

Qui va piano va sano, sourit Aloysius Swan. Ils sont tous morts. Donnons à tous l’absolution.  (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 152)   Peut-on se souvenir d’une voix ? Retrouver, aujourd’hui, « en vrai », un timbre, un accent, une co…

Avent -18 : De la fugacité des players

Il frissonna sans draps, il transpira sous un plaid, il compara l’alfa au kapok. Il coucha assis, accroupi, à califourchon ; il consulta un fakir qui lui proposa son grabat à clous, puis un gourou qui lui ordonna la position yoga. (La disparition, Geor…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search